InvestissHeure

InvestissHeure

2011Fév14 Cotiser au REÉR ou au CÉLI ?

Crèmeuse ou traditionnelle ? C'est une question de goût personnel ! REÉR ou CÉLI ? Tout dépend de votre situation personnelle, présente et future ... J'ai toujours dit qu'en planification financière, la personne est beaucoup plus importante, elle compte beaucoup plus à mes yeux, que les chiffres !

 

Tout le monde s'accorde pour dire que la meilleure stratégie financière pour maximiser la valeur de sa rente de retraite est de cotiser au REÉR et, comme les contributions sont déductibles du revenu imposable, de réinvestir le retour d'impôt dans son REÉR ou dans un CÉLI. C'est peut-être la stratégie gagnante, mais il faut faire attention et considérer les facteurs suivants :

 

TAUX D'IMPOSITION :

L'avantage du REÉR est fiscal; il sert à épargner en vue de la retraite et à différer l'impôt. Toute cotisation est déductible à votre taux d'imposition actuel mais tout retrait sera imposable comme tout autre revenu à un taux d'imposition futur. Le REÉR est donc intimement lié à l'écart des deux taux d'imposition. Donc :

 

- Si vous prévoyez un taux d'imposition inférieur à la retraite, le REÉR est favorable; cependant, si votre taux d'imposition pourrait être supérieur, cotisez au CÉLI.

 

- Si vous anticipez que votre taux d'imposition grimpera au cours des prochaines années, alors que vous êtes sur le marché du travail, il vaudrait peut-être mieux conserver les cotisations REÉR pour plus tard et investir dans votre CÉLI. Lorsque votre taux d'imposition sera plus élevé, vous pourrez toujours transférer les sommes du CÉLI à un REÉR.

 

RETRAITS DE CAPITAUX :

Si vous prévoyez effectuer des retraits, le CÉLI est très avantageux; il offre une plus grande souplesse, ou flexibilité. Les cotisations au Compte Libre d'Impôt ne sont pas déductibles, mais les retraits ne sont pas imposables. À l'opposé, tout retrait d'un REÉR sera imposé comme un revenu. Des données récentes ont révélé qu'en l'an 2008, 1,9 million de canadiens ont retiré 9,3 milliards$ de leur REÉR et, fait surprenant, plus de 80% des retraits en question ont été effectués par des personnes âgées de moins de 60 ans ... Le CÉLI permet d'avoir facilement accès à nos économies sans aucune incidence fiscale. Qui plus est, si vous retirez de votre CÉLI vous pouvez, dès l'année suivante, renflouer votre régime d'épargne alors que si vous retirez de votre REÉR, on ne vous redonnera pas le droit de cotisation sur la somme retirée. On peut donc remettre l'argent plus tard dans un CÉLI, ce qui n'est pas possible avec un REÉR. Certes, certains retraits peuvent être effectués à un REÉR sans aucune imposition (RAP-Achat propriété et REP-Retour aux études), mais il y a l'obligation de rembourser le capital sur un nombre d'années déjà déterminé. Le REÉR est avantageux mais il comporte aussi plusieurs contraintes.

 

AUTRES POINTS À CONSIDÉRER :

 

Cotisation maximale :

Le montant maximal de la cotisation annuelle à un CÉLI est de 5,000$ alors qu'il pouvait atteindre, en l'an 2010, 22,000$ dans un REÉR (18% du revenu de l'année précédente moins le montant du Facteur d'Équivalence).

 

Âge limite :

Il n'y a pas d'âge limite pour contribuer à un CÉLI alors que vous ne pouvez plus cotiser à un REÉR après 71 ans.

 

Patrimoine familial :

Le REÉR fait partie du patrimoine familial donc, en cas de divorce (mariage seulement), 50% ira à votre conjoint(e).

 

Garantie - Emprunt :

Il est plus facile d'utiliser un CÉLI comme garantie d'emprunt plutôt qu'un REÉR; ce dernier n'est pas toujours accepté en garantie.

 

Retraits obligatoires :

À 71 ans, vous devrez convertir votre REÉR en FERR (ou autre rente similaire) et effectuer des retraits obligatoires, ce qui pourrait faire augmenter votre revenu imposable et, par le fait même, votre facture fiscale. Avec un CÉLI, vous ne retirez seulement que les fonds qui sont requis, quand vous le désirez, et sans aucun impôt à payer.

 

Réductions des prestations et crédits à la retraite :

Le régime fiscal comporte de nombreux avantages fiscaux, ou sociaux, dont l'admissibilité est fondée sur le revenu de la personne retraitée. Les retraits futurs à un REÉR ou FERR peuvent avoir comme effet de réduire les versements de prestations ou l'obtention de crédits gouvernementaux. Les retraits au CÉLI n'auront aucun impact.

 

Décès :

Au décès, toute somme détenue dans un régime enregistré de retraite (REÉR/FERR) sera imposée comme un revenu (à 100%), à moins qu'un roulement ne soit effectué en faveur de votre conjoint(e). Le CÉLI permet de léguer le plein montant aux héritiers de votre choix, sans aucune imposition.

 

 

CONCLUSION :

 

Comme vous pouvez le constater, il n'y a pas qu'une seule réponse à cette question, mais il y a votre réponse et ce sera la meilleure ! Je connais peu de gens qui ont la capacité financière de cotiser le montant maximal à tous les régimes d'épargne; on se doit donc de faire des choix en se basant sur notre situation de vie personnelle.

 

Lorsqu'il s'agit de faire un choix entre différentes stratégies financières, la meilleure solution est souvent d'en adopter plusieurs à la fois; elles deviennent complémentaires ! Cotiser au REÉR et, avec le retour d'impôt, rembourser les dettes à taux d'intérêt élevé ou cotiser au REÉÉ (Régime Enregistré d'Épargne Études) des enfants ... La diversification ne s'applique pas seulement qu'à la gestion d'un portefeuille d'investissements; elle est tout aussi appropriée, et importante, pour le choix des régimes d'épargne ...



14/02/2011
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 86 autres membres