InvestissHeure

InvestissHeure

2011Avr07 Desjardins : La coopération a bien meilleur goût

Dans mon dernier communiqué, je vous invitais à regarder l'entrevue avec madame Monique Leroux à l'émission RDI Économie; je me demandais si monsieur Fillion allait poser les "vraies" questions ... Avez-vous regardé l'émission ? Toute une entrevue qui continue à susciter de vives réactions !!!

 

Tout d'abord, je dois vous avouer que j'ai éprouvé un certain malaise, pour ne pas dire un malaise certain, en constatant que madame Leroux n'avait pas eu l'opportunité de visionner, au préalable, le reportage qui était, disons-le, assez cinglant ... Je trouve cette démarche médiatique irrespectueuse ... Madame Leroux est présidente du conseil et chef de la direction du Mouvement Desjardins et je considère personnellement qu'un respect s'impose envers sa personne et son poste ! Je pense que le contenu du reportage l'a complètement déstabilisé et qu'elle n'était plus "disponible" à répondre aux questions de monsieur Fillion; ce dernier, que je respecte également, a été un peu trop insistant ... Il a même dit à madame Leroux << Vous ne répondez pas à ma question >> !!! Cette remarque émotive et déplacée, selon moi, était toutefois véridique ...

 

Madame Leroux a répondu en disant que le Mouvement Desjardins avait 6 millions de client(e)s, 45,000 employé(e)s et 6,000 dirigeant(e)s ... Des chiffres, des chiffres et des chiffres !!! Ce n'est pas ce que je voulais entendre ... Je m'attendais à une réaction plus humaine ... Les décisions de fermer les succursales, les points de service et les guichets automatiques sont des décisions d'affaire qui sont basées uniquement sur un modèle de rentabilité, la voilà la vraie réponse ! Je vous la donne mais je suis certain que vous la connaissiez déjà ! La vraie question était de savoir si le Mouvement Desjardins était toujours un mouvement coopératif ou s'il était devenu un mouvement lucratif ?

 

 

 

Alphonse Desjardins a fondé le réseau coopératif sur des principes et des valeurs profondes, dont l'entraide et la priorité de l'humain sur le capital. On peut se demander où se situe le sens de la coopération chez Desjardins ? Chose certaine, le capital semble avoir la priorité sur l'humain ?

 

Dans un système basé sur la coopération, les différents acteurs travaillent dans un esprit d'intérêt commun et général de tous les membres; cela suppose un certain degré de confiance et de compréhension. Je m'attendais à une certaine compréhension de la part de madame Leroux, une certaine empathie ou compassion envers les membres des petites collectivités mais rien, absolument rien ...

 

Elle a mentionné que les Caisses étaient présentes sur 30% du grand territoire québécois alors que les banques étaient absentes. Pourquoi me parler des banques ? Desjardins est une coopérative, non ? Encore un ratio, un chiffre ... pour me parler de la concurrence mais la coopération n'est-elle pas antagoniste à la concurrence ? Je crois que oui ! En coopération, les membres sont importants, pas les concurrents !

 

Depuis quelques années, le mouvement coopératif s'est quelque peu dénaturé pour devenir de plus en plus semblable au monde bancaire, surtout avec les fusions, centralisations, restructurations et rationalisations. Desjardins regarde aussi vers l'Ontario, le reste du Canada et les États-Unis pour des expansions ou associations éventuelles ...

 

Lors de son élection en 2008, madame Leroux a expliqué sa nouvelle vision porteuse d'avenir qui << prenait solidement appui sur sa mission et ses valeurs coopératives. Cette vision mettait de l'avant l'éducation et la coopération pour la création de prospérité durable pour les membres et leurs collectivités. >>. Le slogan de Desjardins est d'ailleurs de << Coopérer pour créer l'avenir >> ... Certes, la prospérité est importante mais les collectivités aussi ! Le contexte social québécois devrait être pris en considération avant même de considérer toute rentabilité ...

 

Cette recherche d'une plus grande rentabilité ne peut pas toujours servir l'intérêt de tous les membres et de toutes les collectivités. Preuve à l'appui, Desjardins a perdu des centaines de millions de dollars en 2008 avec des investissements spéculatifs trop risqués dans des produits financiers toxiques mais le mouvement coopératif ne peut dépenser quelques millions pour conserver des points de service dans les villages et petites localités du Québec ... Avec des bénéfices de l'ordre de 1,9$ milliards (avant ristournes) au dernier exercice financier, il me semble que l'on dispose de la capacité financière pour continuer d'offrir aux membres les services financiers essentiels ?

 

Les Caisses Desjardins sont devenues un succès financier en Amérique et dans le monde, et le succès revient principalement à ses membres. Au-delà des chiffres et de la rentabilité, il y a les gens et je souhaite sincèrement que le Mouvement Desjardins retrouve une certaine humanité financière ...

 

 

 



08/04/2011
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 86 autres membres