InvestissHeure

InvestissHeure

2011Novembre27 Une vision trop pessimiste de la Bourse ?

INHIBITEURS BOURSIERS

Une vision trop pessimiste de la Bourse ?

 


 

 

Par définition, un effet inhibiteur est la conséquence d'un facteur qui freine, ralentit et s'oppose à un processus. On pourrait dire qu'un inhibiteur est le contraire d'un catalyseur.

 

La première décennie du nouveau millénaire n'aura pas été favorable aux investisseurs boursiers. Les principaux indices nord-américains n'ont pas encore dépassé les sommets atteints en 2000.

 

On entend souvent que la Bourse est le meilleur investissement à long terme; c'est une vérité universelle que l'on accepte sans aucune contestation. Mais la longue période actuelle de correction, de stagnation et de forte volatilité nous offre une opportunité de se questionner.

 

 

 

 

Je deviendrai donc l'avocat du diable en identifiant les facteurs qui pourraient avoir un impact négatif sur la performance de la Bourse dans le futur.

 

Le but du présent article ne sera donc pas d'apporter des réponses à ces questionnements mais bien plutôt de nourrir une réflexion sur l'émergence possible, ou éventuelle, d'une nouvelle réalité boursière.

 

 

VIEILLISSEMENT DE LA POPULATION

Le phénomène du vieillissement de la population atteint l'ensemble des pays désignés comme économiquement avancés; c'est un phénomène mondial. Deux mouvements démographiques se conjuguent. D'une part, l'augmentation du nombre de personnes à la retraite, d'autre part, une diminution du nombre de personnes sur le marché du travail. Bientôt, d'ici dix à vingt ans, il y aura moins de travailleurs que de retraités. Ces derniers vont effectuer des retraits dans leurs régimes d'épargne qui seront plus élevés que les contributions, ou cotisations. De plus, en vieillissant, tout investisseur a avantage à modifier la répartition des actifs investis, en réduisant, au fil des ans, les actifs plus risqués (actions) pour des actifs moins risqués (obligations) qui procurent un revenu plus stable.

 

Quel sera l'impact de la baisse de la demande pour les titres boursiers ? Verrons-nous une contraction des ratios Cours/Bénéfices, l'offre étant supérieure à la demande ?

 

CAISSES DE RETRAITE

La capitalisation des Caisses de Retraite, privées ou gouvernementales, est actuellement déficitaire de 20% à 30%. Les administrateurs devront renflouer les coffres mais tout en minimisant les risques du fait que leurs membres vieillissent. Tout un paradoxe ? Pour les compagnies, elles devront consacrer une portion importante de leurs bénéfices pour combler les déficits. On constate déjà que plusieurs employeurs délaissent les régimes de prestation déterminée pour favoriser les régimes à cotisation déterminée; le risque est ainsi transféré aux employés ...

 

Est-ce que les Caisses de Retraite ne devront-elles pas réduire leur participation dans les titres boursiers ?

 

DETTES ET DÉFICITS DES GOUVERNEMENTS

Les bilans des États sont en pauvre état ! Les dirigeants politiques devront mettre en place des programmes d'austérité pour combler leurs déficits budgétaires, pour rembourser leurs dettes tout en rencontrant leurs engagements sociaux qui deviendront beaucoup plus importants. On pourrait s'attendre à des hausses d'impôt, des taxes, des frais d'utilisation et à des réductions massives des dépenses. Ces mesures risquent de réduire le revenu disponible des particuliers et, par conséquent, d'entrainer une diminution des dépenses de consommation ainsi que de la capacité à épargner. Les économistes s'entendent pour dire qu'une période de dix ans, une décennie, sera requise pour assainir les finances publiques ...

 

Quel sera l'impact de ces réductions de consommation et d'épargne sur les bénéfices des compagnies et sur la demande de leurs actions ?

 

MOUVEMENTS SOCIAUX

La population critique de plus en plus les systèmes financier, capitaliste et politique. On n'a qu'à penser au Mouvement des Indignés ... Tout le monde dénonce le fait que les riches s'enrichissent et que les pauvres s'appauvrissent.

 

Verrons-nous une approche plus socialiste de la part des dirigeants politiques qui voudront pénaliser, d'une certaine façon, les investisseurs pour obtenir une paix sociale ?

 

RÉFORMES FISCALES

Plusieurs dirigeants politiques parlent déjà d'imposer une taxe sur les transactions financières, d'éliminer les avantages fiscaux reliés aux options, de réduire l'exemption sur le gain en capital.

 

Est-ce que ces nouvelles mesures fiscales n'auront pas comme effet de rendre moins attrayants les investissements boursiers ?

 

TAUX D'INTÉRÊT

Historiquement parlant, les taux d'intérêt sur les obligations et sur les placements à terme sont très bas.

 

Qu'adviendra-t-il si les taux grimpent à 4% ou 6% ? Allons-nous assister à une migration des capitaux boursiers vers les titres à revenu ?

 

ENDETTEMENT DES PARTICULIERS / MÉNAGES

L'endettement représente actuellement plus de 150% du revenu disponible, du jamais vu ... Les individus auront besoin de plusieurs années pour rembourser leurs emprunts. Un récent sondage dévoilait qu'une personne sur trois prévoit avoir un solde hypothécaire, et ce, après avoir atteint l'âge de 70 ans ... Et si les taux d'emprunt grimpaient ... On peut donc s'attendre à ce que les paiements sur les emprunts deviennent un poste important dans le budget, ce qui risque d'impacter négativement l'argent disponible pour les dépenses discrétionnaires, ce qui réduirait directement les bénéfices des sociétés ...

 

Quel sera l'effet d'un endettement élevé sur les dépenses de consommation futures ?

 

INFLATION

Le coût des matières premières et de l'énergie ne cessent d'augmenter ...

 

Quel serait l'impact d'une inflation, forte et soutenue, sur le coût de vie des personnes à la retraite ?

 

CROISSANCE ÉCONOMIQUE

Les changements démographiques et sociaux ainsi que les obligations financières gouvernementales pourraient avoir comme conséquence de ralentir la croissance économique qui est, avouons-le, requise pour soutenir tout mouvement haussier à la Bourse.

 

Quels seront les impacts sur le PIB des pays ainsi que sur les déficits commerciaux ?

 

BILANS FINANCIERS DES COMPAGNIES

Les bilans financiers des compagnies sont solides. Ces dernières disposent d'énormes liquidités, n'ont pas besoin d'effectuer des emprunts et favorisent  des programmes de rachat de leurs actions. Leur marge bénéficiaire est très élevée, à un sommet historique, parce qu'elles ont couper leurs dépenses ...

 

Pourquoi est-ce que les compagnies n'investissent-elles pas pour obtenir une croissance de leurs revenus et de leurs bénéfices plutôt que d'améliorer leurs ratios financiers ?

 

VOLATILITÉ DES MARCHÉS BOURSIERS

Les marchés boursiers sont devenus de plus en plus volatils ...

 

Est-ce que les investisseurs vont pouvoir continuer à subir ces variations agressives des marchés ou pourraient-ils capituler ?

 

VENTES À DÉCOUVERT

Plus de 50% des transactions de valeurs mobilières sont reliées aux ventes à découvert, beaucoup plus spéculatives. Les gestionnaires, qui effectuent ce genre de transactions, veulent que le marché boursier et que certains titres baissent; plus çà baisse, meilleur est leur rendement ! L'investisseur qui préconise une stratégie d'achat et de détention à long terme doit faire face à de redoutables adversaires ...

 

Quel sera l'impact de ces transactions sur les mouvements boursiers  et sur la volatilité globale ?

 

TRANSACTIONS INFORMATISÉES

Au cours de l'automne dernier, entre 50% et 70% des transactions ont été effectuées par des systèmes informatisés, que l'on désigne comme Ventes à Haute Fréquence (VHF) ou comme Transactions Algorythmiques.

 

Quel sera l'impact de ces transactions sur les mouvements boursiers et sur la volatilité globale ?

 

 

Vous me direz que je suis trop pessimiste ? Et bien, je vous répondrai en disant qu'un pessimiste est un optimiste qui, avec son expérience, se pose peut-être trop de questions !!! Mais, d'un autre côté, mieux vaut être pessimiste et avoir raison, que d'être trop optimiste et avoir tort ...

 

Je dois vous avouer qu'il m'est très difficile d'être optimiste ... Il est plus facile d'identifier les effets inhibiteurs plutôt que les catalyseurs qui pourraient propulser les indices boursiers vers de nouveaux sommets, à l'exception, bien sûr, d'une spéculation excessive ...

 

Selon moi, la prudence et la vigileance sont et seront requises, malheureusement, pour un bon bout de temps ...

 

Qu'en pensez-vous ? Dites-moi que je suis trop pessimiste !!!

 

 

 

 

 RETOUR À LA PAGE D'ACCUEIL

 

 

 

 



27/11/2011
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 86 autres membres